Sold Out

Le Comte Le Merle de Beaufond cuirassier rare buste en Photosculpture en terre cuite

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris
Catégories : ,

Description

RÉSERVÉ

Second Empire :

Le Comte Le Merle de Beaufond cuirassier rare buste en Photosculpture de terre cuite

Buste en terre cuite représentant un officier cuirassier ou officier de cavalerie.
Le Comte Le Merle de Beaufond
Epoque Napoléon III ; on y distingue le type de cuirasse telle qu’elle pouvait être fabriquée en 1863 par la manufacture d’armes de Châtellerault. Sur la face à la base du socle les armoiries de la famille Le Merle de Beaufond : 
De gueules à trois quinte-feuilles d’argent et en abîme  un merle d’or tenant dans son bec de laurier de Sinople posé sur un rocher de trois coupeaux en argent, sommé d’une couronne comtale et supporté de deux lions.
Une inscription en creux à la base de l’armoirie sur un ruban stylisé : Le Merle de Beaufond
 Le socle du buste porte sur le coté une mention écrite à la pointe sèche : « Photosculpture ». Ce procédé est attribué principalement à François Willeme qui en avait déposé le brevet le 14 août 1860, avant qu’il ne soit perfectionné ensuite, notamment par Claudet. Willeme avait présenté son invention le 17 mai 1861 à la Société Française de Photographie.

La photosculpture ou photo-sculpture. est une technique inventée en 1859-1860 par François Willème, peintre, photographe et sculpteur français. Elle permet la reproduction photographique des objets en relief d’après nature. Elle est reprise hors de France : pratiquée en Angleterre par Antoine-François Claudet, qui la perfectionne, et aux États-Unis, où en 1866, Hutson et Kurtz fondent à New York une société de photosculpture.La photosculpture a de puissants ennemis. En janvier 1867, Paul de Saint-Victor indique que la photosculpture rencontre « bien des hostilités et des résistances » dans le milieu des sculpteurs. En février de la même année, le sculpteur Auguste Clésinger annonçant qu’il a été nommé directeur artistique de la photosculpture, promet que celle-ci fera perdre leur travail à quantité de confrères indignes de se prétendre sculpteurs. Ainsi qu’à la masse des praticiens qui travaillent au service des sculpteurs et seront efficacement remplacés par le pantographe perfectionné par François Willème.
En 1899, cherchant à expliquer dans La Science française le motif d’abandon de la photosculpture, L. P. Clerc écrit que la photosculpture : « tentative la plus ancienne » pour « obtenir une image en relief sculptural, ronde bosse ou bas-relief du modèle vivant, par l’emploi de méthodes photographiques », a échoué « par suite de sa complication inouïe », et lui oppose une nouvelle technique, à son avis plus simple et facile d’emploi, inventée par le photographe Lernac et développée par Nadar : la photostérie.

 

Etat : petits éclats mineurs au niveau des épaulettes, quelques petites restaurations, aile du nez gauche restaurée.
*****
Hauteur : 33 cm
*
Largeur aux épaules : 16,5 cm
*
Base  : 13,5 x 11,5 cm
*
Poids : 2,200 kg

Informations complémentaires

Poids 5 kg

Questions and answers of the customers

There are no questions yet, be the first to ask something for this product.

error: Content is protected !!

Pin It on Pinterest