Sèvres buste du Ministre Achille Fould (1800-1867), en biscuit sur un piédouche en porcelaine

1200

1 en stock

Ajouter aux favoris
Ajouter aux favoris

Description

BUSTE EN BISCUIT ET PIEDESTAL EN PORCELAINE DE SEVRES DU XIXEME SIECLE 

 

BUSTE AVEC MARQUE EN CREUX SEVRES ET OLIVA 1863, LE PIEDESTAL AVEC MARQUE EN VERT S.63 ET EN ROUGE AU N COURONNE INSCRIT DORE A/SEVRES/64

Sèvres buste du Ministre Achille Fould (1800-1867), en biscuit sur un piédouche en porcelaine, d’une hauteur de 30,5 cm. Marque au revers S.63 cachet vert et cachet rouge du N surmonté de la couronne impériale.
Excellent état, de très légers petits défauts de cuisson.

Achille Marcus Fould (Paris, 17 novembre 1800 – Laloubère, banlieue de Tarbes, 5 octobre 1867) est un banquier et homme politique français.
Ministre des Finances de la Deuxième République sous Louis-Napoléon Bonaparte et ministre d’État de 1852 à 1860 durant le Second Empire, Achille Fould était libéral sur le plan économique, mais pas du tout en matière politique (il envisage en 1857 de faire supprimer le suffrage universel). Il s’oppose au tournant libéral de l’Empire, démissionne suite aux décrets réformateurs du 24 novembre 1860 et refuse d’être fait duc.
Fils de Beer Léon Fould, banquier juif, mais converti quant à lui au protestantisme, originaire de Lorraine et maire de Rocquencourt (Seine-et-Oise), il fit une carrière politique, tandis que son frère aîné succéda à son père à la tête de la maison familiale.

Alexandre-Joseph Oliva, fils de Bonaventure Oliva, potier, et de Marie Blanc, naquit à Saillagouse le 4 septembre 1823. Il fut potier comme son père jusqu’à l’âge de 20 ans à Lavelanet dans l’Ariège, dans l’entreprise familiale. Parallèlement à son métier, Alexandre Oliva s’amusait à sculpter des Madones et autres figures attirant l’attention de quelques personnes de Lavelanet. Il était également amateur de musique, faisant partie de la Société Philharmonique de Lavelanet en 1843. Cette même année, il préparait son exposition de Foix où il envoya un tabernacle et un Christ, les têtes de Voltaire, Jean-Jacques Rousseau et Jean de La Fontaine. Le 17 octobre 1844, Alexandre Oliva obtint du jury une médaille d’argent pour son travail. Le 24 octobre 1844, il fut incorporé au 2èmeHussards, à Béziers. Grâce à son talent reconnu de sculpteur, Alexandre Oliva parvint à se faire réformer le 15 décembre 1845.1

Peu après, en 1846, Alexandre Oliva partait pour Paris afin de se mettre au service du sculpteur Antoine Etex. Leur collaboration ne dura que quelques mois. En effet, en 1847, Alexandre Oliva rentrait dans l’atelier du peintre Jean-Baptiste Delestre, qui lui enseigna, non la sculpture, mais le dessin. A cette époque, il fit également la connaissance du jeune sculpteur Henri-Frédéric Iselin et du peintre Henri Lehmann. Ce fut sans le secours d’aucun maître qu’Alexandre Oliva apprit à modeler et à sculpter. N’appartenant à aucune école, autodidacte, il ne tarda pas, après quelques tâtonnements, à dégager sa vigoureuse originalité.

Questions and answers of the customers

There are no questions yet, be the first to ask something for this product.

error: Content is protected !!

Pin It on Pinterest